OU COMMENT ÉVITER DES PROBLÈMES AVEC DES ASSOCIÉS AVANT MÊME D’AVOIR COMMENCÉ.

Lors de la création de votre nouveau projet, certains d’entre vous se trouvent amenés à fonder cette entreprise à plusieurs, avec un associé ou plus.

Avez-vous les mêmes aspirations ? les mêmes motivations ? les mêmes besoins ? Probablement pas, même si chaque associé est animé d’une vision et d’un objectif commun.

Un pacte d’associés est alors aussi indispensable qu’un contrat de mariage. Mes expériences passées, quelque peu désagréables, me font regretter de ne pas en avoir eu à l’époque.

Au moment où j’écris ces lignes, j’ai deux associés dans ma nouvelle entreprise. Nous avons écrit un pacte d’associés, et il nous permet de construire plus sereinement ensemble notre entreprise. Voyons pourquoi.

DÉFINIR CE QUI VOUS ANIME

Que souhaitez-vous retirer de votre entreprise ? Les réponses à cette question sont aussi nombreuses qu’il y a d’individus.

Dans tous les cas, une partie des motivations sont certainement financières. Mais pas seulement. Souvent, l’esprit d’entreprendre naît d’une passion, d’une expertise ou des deux.

Lorsque vous créez une entreprise à plusieurs, vous devez être conscient que votre partenaire n’a pas forcément les mêmes aspirations et les mêmes motivations que vous. En soi, ces différences peuvent n’avoir aucune importance. Elles peuvent même être une force qui multiplie vos résultats, ensemble.

En revanche, ces différences de vision peuvent induire des comportements différents au quotidien, qui eux peuvent être source de tensions plus ou moins importantes : vous n’arrivez pas à la même heure le matin, vous ne travaillez pas autant l’un que l’autre, etc.

Je le répète l’apport de chacun dépend de vos aspirations.

Donc, je vous recommande de mettre par écrit ce que vous désirez obtenir de votre collaboration et de votre entreprise commune. Par exemple :

  • Vos objectifs financiers personnels
  • Vos objectifs en termes de temps
  • Ce que vous ne voulez pas

Ce dernier point est certainement le plus important. N’oubliez pas d’en tenir compte. Autant vous pouvez vouloir rencontrer certains objectifs, autant vous pouvez souhaiter éviter certaines circonstances particulières.

QUE DOIT-IL CONTENIR ?

Un pacte d’associé n’est nullement une obligation légale. Personne d’autre que vous-même ne vous impose d’en rédiger un. Dès lors, il n’existe pas de canevas type pour la rédaction d’un tel document.

Après beaucoup de recherches infructueuses, nous avons décidé de nous inspirer d’un document somme tout un peu similaire dans sa philosophie, même si l’objet est différent : un acte de base de copropriété.

Ce document a pour objet de régler bon de nombre de modalités de vie en commun et n’est pas si étranger dans son objectif. Cela a donc permis de mettre en évidence une trame de départ qui a pu évoluer vers des besoins plus spécifiques.

Voyons les points clés.

Définition de l’entreprise

Cela peut paraître évident, mais définir exactement l’objet de votre entreprise est une étape clé. Que fait-elle ? Que produit-elle ? Quelles sont ses missions ? Pour quels clients ?

L’objectif ici n’est pas d’établir un plan stratégique ou un plan financier, mais bien d’écrire un résumé succinct de quelques lignes seulement.

Retenez également que ce n’est pas parce que vous mettez cela par écrit que vous ne pouvez pas faire évoluer cette définition à l’avenir.

Vos valeurs

Quelles sont vos valeurs ? Celles-ci sont vos guides de décision. Tous les aspects de votre entreprise sont guidés par vos valeurs.

Attention. Les écrire en quelques lignes est un exercice beaucoup plus difficile qu’il n’y parait.

Les objectifs généraux de l’entreprise

Ces objectifs peuvent par exemple aborder plusieurs aspects :

  • Les finances : quel est le chiffre d’affaire visé ? Comment constitue-t-on un fond de roulement ou des réserves d’investissement
  • Les règles d’engagement pour des investissements.

L’organisation des prises de décision

Même (ou surtout) si vous n’êtes qu’à deux, ces points doivent également être abordés et réglés. Vous ne serez probablement jamais toujours en accord sur toutes les décisions à prendre.

Dans la plupart des cas, les décisions se prennent sans difficulté car l’intérêt de l’entreprise va souvent s’imposer. L’objectif entre associés n’est pas d’avoir raison, mais bien de viser le meilleur pour l’entreprise.

De même, vous pouvez également vous trouver dans une situation où les associés n’ont pas des parts égales dans l’entreprise. Dans ce cas, certaines décisions peuvent être prises avec des majorités différentes.

Définir les règles à l’avance peut vous éviter des tensions.

Les rémunérations des associés

Voici à nouveau un point épineux. Lorsque vous êtes seul, vous êtes évidemment libre de prélever pour vous ce que vous voulez. Votre seule limite est la viabilité de votre entreprise.

A plusieurs, la question est différente. Allez-vous vous rémunérer de la même manière ? A quelle fréquence ? Vos besoins respectifs ne sont pas forcément les mêmes. Par exemple, vous pouvez avoir un emprunt à rembourser pour votre maison, alors que votre associé non.

L’intégration de nouveaux associés

Dans l’idée que vous avez de créer votre entreprise, vous imaginez certainement sa croissance, avec tout un petit monde qui travaille pour vous.

Parmi ces personnes, vous en rencontrerez certainement une qui sortira du lot, et qui sera un vrai plus pour votre entreprise, par un apport de clientèle ou par un savoir indispensable. Garder les talents a toujours été, de tout temps, un défi pour un grand nombre de société. Dès lors, vous pourrez être amenés à l’impliquer davantage dans l’entreprise en faisant d’elle un associé comme vous.

Mais dans ce cas, quelles sont vos exigences ?

Allez-vous donner une partie de votre bébé sans contrepartie ? Comment la déterminer ? Après combien de temps, ou à quel niveau d’ancienneté cette proposition peut-elle être envisagée ? A quel point êtes-vous prêt à partager la capacité de décision de votre entreprise ?

Vous devez vous poser toutes ces questions pour trouver un équilibre nécessaire dans une nouvelle configuration de votre entreprise.

Le départ d’un associé

A l’inverse, organiser le départ d’un associé est tout aussi important. D’autant que plusieurs cas de figure peuvent se présenter :

  • Le départ naturel planifié(retraite ou départ volontaire anticipé)
  • Le décès (et oui, cela arrive. Et cela complique parfois fortement la vie des associés restants, avec des héritiers qui n’ont pas les mêmes objectifs).
  • Le départ forcé (lorsque vous ne vous entendez plus et qu’il faut « divorcer »)

Bien réfléchir et mettre en place des stratégies pour régler cet aspect est essentiel, que ce soit pour le départ de votre associé, ou du vôtre !

COMMENT TOUT S’ARRÊTE

Le dernier point, et certainement le plus importante de tous, est de déterminer ce que vous faites, avec votre associé, quand vous voulez tout arrêter.

Les choses peuvent être plus ou moins faciles selon qu’il y ait de l’argent à se partager ou non, des responsabilités et des engagements à tenir.

Réfléchir à la fin de votre entreprise dès le départ est une nécessité. Cela le reste tout au long de votre aventure et tout peser dans toutes les décisions que vous prenez.

Les responsabilités

Je vais faire ici une parenthèse importante pour certaines activités, notamment les professions libérales. Arrêter ce type d’activité peut avoir des conséquences auxquelles vous ne pensez pas forcément.

Je pense ici aux assurances en responsabilité civile.

En effet, plusieurs professions engagent sur leur travail une responsabilité qui s’étale dans la durée, comme par exemple la responsabilité décennale des architectes et ingénieurs en construction, qui est couverte par des polices d’assurances spécifiques. Lorsque vous décidez de mettre un terme à un telle entreprise, vous avez en général l’obligation légale d’assurer en une seule fois votre responsabilité pour les années à venir.

Le montant de la prime d’une telle assurance peut être colossal (plusieurs fois la prime annuelle). Anticiper cette dépense est essentiel au moment de fermer la porte de votre entreprise.

CONCLUSIONS

Ne négligez pas la rédaction d’un pacte d’associés sous prétexte que votre entente est parfaite. S’engager en affaire comme partenaire est un peu comme un mariage, et il est toujours nécessaire de bien connaitre l’autre moitié de votre entreprise.

En résumé :

  • Définissez les valeurs de chaque associé
  • Couchez par écrit vos aspirations personnelles
  • Définissez vos besoins financiers personnels
  • Réfléchissez aux éventuels nouveaux associés
  • Et par-dessus tout, demandez-vous quelles seraient les conséquences si vous décidiez de tout arrêter maintenant pour faire autre chose.

Cet article vous a intéressé ? Merci de me laisser un petit commentaire ci-dessous, car cela m’apporte beaucoup de savoir si cela vous aide. Sentez-vous libre de vous inscrire pour recevoir mon livre gratuit « ça passe ou ça casse », dans lequel j’aborde des 3 grandes étapes clés de la vie de votre entreprise, les erreurs à éviter et comment vous y préparer.

Soyez inspirés, soyez inspirants.

J’espère que ces quelques conseils vous auront apporté de la valeur et vous aideront à rendre vos journées plus belles.

Avec gratitude et reconnaissance.

Inscrivez-vous et recevez notre Ebook GRATUIT : ça passe ou ça casse

Les grandes étapes du démarrage d’une carrière professionnelle réussie. Ce livre aborde des thématiques essentielles comme l’argent, les investissements, les formalités administratives et bien d’autres clés à connaître avant de commencer.

Inscription confirmée ! Consultez vite votre adresse courriel !

Share This